• Actualités

Feu d'usine aux Herbiers

30/01/2012

Sur le site des Herbiers de l'industriel Jeanneau, constructeur nautique, un atelier de maintenance de 2 500 m² est la proie des flammes, vendredi 27 janvier 2012. Au plus fort de l'action, près de 70 sapeurs-pompiers, issus de 14 centres de secours, sont à pied d'œuvre et sept lances sont nécessaires pour venir à bout du sinistre.



Feu usine Jeanneau- 0191 créditée

Onze heures viennent à peine de sonner en cette fin de matinée du vendredi 27 janvier 2012 lorsqu'arrive un premier appel au Centre de traitement de l'alerte (CTA) des sapeurs-pompiers de la Vendée. L'appelant signale un départ de feu dans un atelier de maintenance chez le constructeur nautique Jeanneau, aux Herbiers, et précise qu'une personne serait blessée.

De nombreux moyens sont immédiatement engagés, qui sont d'emblée en nombre conséquent puisqu'il s'agit d'un départ de feu en milieu industriel.

 

650 personnes évacuées

Les premiers messages permettent de dimensionner encore plus finement le dispositif. « Le feu intéresse un bâtiment industriel à usage de chaudronnerie d'une surface de 2 500 m². 1 800 m² sont totalement embrasés. Présence de bouteilles d'acétylène et de nombreuses bouteilles d'oxygène. Risque de propagation sur l'ensemble du bâtiment » annonce ainsi le premier chef de groupe.

Plusieurs lances sont mises en manœuvre par certains soldats du feu tandis que d'autres sapeurs-pompiers se concentrent sur l'organisation de l'évacuation des 650 personnes travaillant sur le site à l'instant donné et regroupées sur le parking d'une entreprise voisine. Un seul blessé est dénombré, légèrement brûlé à la cuisse. Il est aussitôt pris en charge par les secours.

Porteurs d'eau, cellule air, VSAV, soutien sanitaire, poste de commandement... des engins et personnels sont mobilisés de toute part, convergeant vers Les Herbiers.

 
Feu usine Jeanneau - 0202 créditée 2

Une difficulté s'impose aux soldats du feu : le risque d'explosion des bouteilles d'acétylène soumises à l'incendie. Il leur est donc impossible de déployer bras aériens et échelles pivotantes automatiques pour une extinction par le dessus du bâtiment.

Il s'agit, pour eux, de concentrer leur action par une force de frappe de plain-pied, pour éviter la propagation de l'incendie aux bâtiments les plus proches. Sept lances sont mises en œuvre, dont une trouvera place un peu plus tard sur un moyen aérien en étant sanglée à la nacelle, évitant ainsi à un sapeur-pompier de se trouver au-dessus de la zone à risque d'explosion.

Le message « feu circonscrit » est passé à 13 h 30, signifiant que le feu est contenu par les sapeurs-pompiers.

 
 

Périmètre de sécurité et zone de confinement

Pour autant, le risque d'explosion impose la mise en place d'un périmètre de sécurité de 300 mètres, en dehors duquel restent positionnés les sapeurs-pompiers assurant les fonctions support et non les opérations d'extinction.

Au-delà de ce périmètre de sécurité de 300 mètres est instaurée une zone de confinement de 200 mètres dans laquelle se trouvent diverses entreprises, un collège, un lycée et une route départementale pour le coup fermée à la circulation. Car le panache de fumées qui s'élève de l'entrepôt sinistré est important, noir et épais. Visible de plusieurs kilomètres, il mérite l'attention des sapeurs-pompiers et notamment l'engagement de l'équipe spécialisée en risque chimique pour une évaluation de la nocivité des fumées.

 
Feu usine Jeanneau - 0210 - Copie créditée
 

Il faut attendre un peu plus de 14 h 00 pour que les mesures effectuées sur les fumées montrent qu'il n'y a aucune pollution atmosphérique et autorisent la réouverture de la RD160 et l'arrêt du confinement pour les collégiens, lycéens et employés situés à proximité du site industriel.

 

Retour à la normale


Petit à petit, les salariés de l'industriel sinistré sont autorisés à revenir sur le site pour récupérer leurs affaires personnelles et sont invités à regagner leur domicile pour la fin de la journée. Car l'intervention est loin d'être terminée pour les sapeurs-pompiers, et le risque d'explosion n'est pas tout à fait écarté.

 
Feu usine Jeanneau - 0013 recadrée
Feu usine Jeanneau - Les Herbiers - 27janv2012- IF 001 recadrée

Le dispositif est maintenu dans sa configuration tout au long de l'après-midi. Il est 15 h 24 lorsque le message « Feu éteint » est passé. A compter de 18 h 00, de nombreux moyens sont renvoyés dans leurs centres de secours respectifs, à l'exception de deux engins de lutte contre l'incendie et du véhicule poste de commandement. Toute la nuit, ils vont poursuivre l'arrosage du bâtiment pour faciliter le refroidissement des bouteilles d'acétylène. Interdiction est faite aux équipes de pénétrer dans le bâtiment dans la nuit, car la structure métallique a souffert et montre des signes d'affaissement.

Le lendemain matin, dès 08 h 00 et au bénéfice de la lumière du jour, une première reconnaissance est effectuée dans le bâtiment. Elle permet d'une part de situer avec exactitude l'emplacement des bouteilles d'oxygène, d'acétylène et d'arcal s'y trouvant, d'autre part de repérer les derniers points chauds au moyen de la caméra thermique.

Toute la matinée, les secours s'emploient pour certains à parfaire les opérations d'extinction des derniers foyers résiduels, tandis que leurs collègues, après contrôle individuel des températures des bouteilles, procèdent à leur installation dans des bacs d'eau froide mis à disposition par l'industriel. Les bouteilles devront rester ainsi immergées pendant au moins 72 heures.

 

Il est 12 h 44, samedi 28 novembre 2012, lorsque le message « Feu éteint » est passé. Soit plus de 24 heures après son commencement...

Feu usine Jeanneau - 021

Info :

Eléments favorables

  • Disponibilité immédiate de l'encadrement de l'entreprise sinistrée
  • Participation active des équipes de sécurité du site à l'évacuation des salariés
  • Disponibilité immédiate de la chaîne de commandement opérationnelle
  • Collaboration pertinente entre le DOS, le COS et le directeur de l'établissement
  • Bonne intégration des consignes de sécurité par les sapeurs-pompiers eux-même (pas de pénétration dans le bâtiment, pas d'exposition aérienne)

 

Eléments défavorables

  • Difficulté à dénombrer, localiser précisément et identifier la nature des bouteilles présentes sur les postes de soudure dans cet atelier de maintenance
  • Rupture d'une conduite d'alimentation en eau
  • Contraintes liées aux mesures de sécurité (confinement des établissements scolaires et fermeture d'un axe routier)

 

Moyens engagés

Au plus fort de l'action, près de 70 sapeurs-pompiers sont présents sur cette intervention.

Ils arment 4 engins de lutte contre l'incendie, 2 moyens aériens, 2 cellules air, 2 véhicules de secours aux asphyxiés et aux blessés, 1 véhicule poste de commandement, 1 véhicule risque chimique, 1 véhicule de soutien sanitaire... et proviennent des centres de secours de : Aizenay, Beaurepaire, Challans, Chantonnay, Fontenay-le-Comte, La Chaize-le-Vicomte, La Roche-sur-Yon, La Verrie, Les Herbiers, Les Landes-Génusson, Montaigu, Saint-Jean-de-Monts, Sainte-Hermine, Saint-Philbert-de-Bouaine et Talmont-Saint-Hilaire.

Marché public

Consultez notre liste

Offres d'emploi

Consultez nos offres

contact
SDIS Vendée
Les Oudairies - BP 695
85017 LA ROCHE SUR YON Cedex
Tél : 02 51 45 10 10
Fax : 02 51 62 04 18