• Conseils et prévention
  • DAAF

DAAF - Ne laissez pas votre vie partir en fumée

Icono 1 inc toutes les 2 mn

Facile à installer, peu onéreux, discret visuellement, ce petit objet a pour fonction de manquer singulièrement de discrétion lorsqu'en pleine nuit, sous l'effet de fumées d'incendie, il se déclenche pour vous réveiller... et vous sauver la vie. Quel modèle choisir, où l'installer, comment l'entretenir... tout savoir sur le détecteur avertisseur autonome de fumées (DAAF)



Affiche DAAF - Alice

DAAF... Kesako ?

 

Si un incendie se déclenche dans votre habitation, dès la formation des fumées dans la pièce où il est installé, le détecteur avertisseur autonome de fumées (DAAF) se déclenche : une alarme sonore puissante (85 décibels minimum) retentit et vous alerte.

 

Les statistiques le prouvent : 70% des incendies mortels se déclenchent la nuit. Tout l'intérêt du DAAF est là : il vous réveille, permettant que vous ne succombiez pas aux fumées toxiques mais puissiez évacuer votre logement au plus vite.

 
Photo DAAF
 

Quel modèle choisir ?

Les détecteurs avertisseurs autonomes de fumées coûtent en moyenne entre 15 et 50 euros pièce, selon le type et l'autonomie.

Il existe 2 modèles de DAAF : l'autonome et le communicant.

  • Le DAAF autonome est à choisir si vous avez une maison simple (à rez-de-chaussée par exemple), nécessitant 2 ou 3  détecteurs maximum pour une surface habitable de 120 m² maximum. Comptez alors 20 euros maximum pour un DAAF autonome (ou 40 euros s'il fonctionne avec une pile lithium).
  • Les DAAF communicants sont à choisir dans les autres cas. Ce sont en effet des appareils connectés entre eux, permettant que si un détecteur se déclenche, les autres se mettent à sonner également. Cette solution est à privilégier si vous avez une maison à étage, ou très étendue. Comptez alors 50 euros maximum pour un DAAF communicant (100 euros avec pile lithium).

Dans tous les cas, vérifiez qu'il comporte bien l'inscription EN 14604.

Le sigle CE doit également être visible sur l'emballage.

A choisir, préférez les modèles marqués NF, garantie d'un meilleur suivi de la qualité.

 

Comment et où installer les DAAF ?

Ces petits appareils fonctionnant à piles, ils ne nécessitent aucun raccordement électrique.

Leur emplacement est primordial pour une efficacité maximale.

 
Installation DAAF

Comment les entretenir ?

Il est conseillé de :

  • vérifier tous les mois le bon fonctionnement du DAAF en appuyant sur le bouton test placé sur le détecteur. Le signal se fait entendre immédialement.
  • entretenir régulièrement le DAAF au moyen d'un aspirateur afin d'éliminer les particules de poussière qui peuvent obstruer les entrées de la chambre de détection et garantir ainsi une protection maximale. Ne jamais peindre un détecteur de fumée.
  • changer la pile dès qu'un bip régulier se fait entendre.
 

Propriétaire, locataire : qui fait quoi ?

L'achat et l'installation des DAAF incombent aux propriétaires.

A partir du 8 mars 2015, la vérification de présence et du bon fonctionnement du détecteur sera faite au moment de la mise en location du logement lors de l'état des lieux d'entrée.

L'obligation d'entretien et de remplacement du détecteur appartient à l'occupant du logement.

Ainsi, dans un logement loué, le locataire doit veiller en cours de bail au bon fonctionnement du détecteur en vérifiant et en remplaçant les piles (en cas de défaillance).

Cas particuliers : l'obligation de vérification du bon fonctionnement du détecteur revient au propriétaire du logement s'il s'agit :

- d'un logement à caractère saisonnier ;

- d'un logement-foyer ;

- d'une résidence hôtelière à vocation sociale ;

- d'un logement de fonction ;

- dune location meublée.

 

Quel impact sur mon assurance ?

Une fois le détecteur installé, vous devez envoyer à votre compagnie d'assurance une attestation d'installation sur l'honneur. Une lettre type est souvent fournie avec les appareils. Certains assureurs proposent même des remises sur les cotisations en cas d'installation de détecteur, allant de 5 à 10 %.

 

Besoin de vous convaincre ? ... Quelques chiffres qui font réfléchir...

En Vendée, 600 feux liés à des habitations se déclarent chaque année. 20 % d'entre eux ont lieu la nuit entre 22h et 07h. Depuis 2010, ils ont provoqué 12 décès et 20 blessés graves.

Affiche DAAF - SP

Quelques statistiques nationales :

 

Les incendies domestiques provoquent 460 décès par an.

70% des incendies mortels ont lieu la nuit.

L'intoxication par les fumées est la 1ère cause des décès.

 
Icono feu nuit
 

 

1 incendie sur 4 est lié à une installation électrique défectueuse.

14% des incendies sont déclenchés par les enfants.

L'intoxication par les fumées est la deuxième cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans par accident domestique.

 
Icono prise électrique
 
Affiche DAAF - Mathieu

En savoir plus...

Arrêté du 5 février 2013
Il précise les exigences auxquelles doit répondre le détecteur de fumée normalisé, les conditions de son installation, de son entretien et de son fonctionnement.
Il présente les mesures de sécurité à mettre en œuvre par les propriétaires dans les parties communes des bâtiments d'habitations pour prévenir le risque d'incendie.
Enfin, il caractérise la notification de l'installation du détecteur de fumée normalisé qui doit être réalisée entre occupant et assureur.

 

A télécharger

Le modèle d' attestation de déclaration à l'assureur

 

Lien utile

Films d'animation, conseils des pompies, quizz pour tester vos connaissances : les aventures de la famille Zzzoups

 

 

Marché public

Consultez notre liste

Offres d'emploi

Consultez nos offres

contact
SDIS Vendée
Les Oudairies - BP 695
85017 LA ROCHE SUR YON Cedex
Tél : 02 51 45 10 10
Fax : 02 51 62 04 18