• Conseils et prévention
  • Etablissements Recevant du Public - ERP

Service prévention : l'analyse des risques

Le métier de sapeur pompier ne se cantonne pas uniquement aux missions dites opérationnelles. Bien en amont, le groupement prévention joue un rôle important en termes de contrôle et de conseils dans la gestion des risques.



La prévention a pour but d'éviter l'éclosion d'un sinistre, de limiter sa propagation, de faciliter l'évacuation du public et l'intervention des secours dans les Etablissements recevant du public (ERP).

Ainsi, la prévention fixe des dispositifs destinés à préserver l'intégrité physique des personnes en cas de risques d'incendie et de panique.

Pour atteindre ces objectifs, la prévention vise à :

  • Limiter les risques d'éclosion et de propagation d'incendie
  • Assurer l'évacuation rapide et sur des personnes
  • Faciliter l'intervention des secours

Les préventionnistes du Sdis 85 s'appuient alors sur une réglementation évolutive (le Code de la Construction et de l'Habitation et le règlement de sécurité du 25/06/1980 modifié) définissant les dispositions générales et particulières applicables à chaque type d'établissement.

 

Les sapeurs-pompiers "préventionnistes" exercent principalement leur spécialité dans les domaines suivants :


- Proposer un avis sur des dossiers de demandes de travaux pour des Etablissements Recevant du Public (ERP).
- Déterminer les besoins en eau nécessaires en cas d'intervention dans ces bâtiments.
- Procéder aux visites de sécurité, afin de vérifier la conformité des travaux réalisés (visites d'ouverture et réception de travaux) et que les conditions de sécurité ne se dégradent pas au fil du temps (visites périodiques) .
- Présider les jurys d'examen des formations d'agents de sécurité incendie (SSIAP).
- Former les sapeurs pompiers des centres d'incendie et de secours à la "Prévention Appliquée à l'Opération"
- Avoir un rôle de conseiller technique auprès des différents responsables détenteurs de l'autorité de police (Maires, Préfet).

 

Les études de dossiers

Chaque année, plus de 1 300 études de dossiers sont réalisées par le service prévention à destination des commissions de sécurité compétentes.

Les commissions de sécurité passent au crible permis de construire, déclarations de travaux et aménagements divers, afin de veiller au respect des normes de sécurité et apporter leurs conseil aux équipes de maitrise d'ouvrage et exploitant d'ERP.

Dans le cadre de ces actions, le Sdis entretient une relation permanente avec l'autorité préfectorale et les maires.

Le service constitue un réel soutien aux élus, services publics, maîtres d'œuvre et architectes qui le consultent pour la construction d'un bâtiment.

Un avis (favorable ou défavorable) est rendu, à la lecture du dossier soumis, sur la faisabilité du projet.

 

Les visites d'établissement

Chaque année, plus de 1000 visites d'établissement sont réalisées par les préventionnistes au sein des commissions de sécurité territorialement compétentes.

Les commissions de sécurité établissent un audit en matière :

- de gestion du risque d'éclosion et de développement d'un incendie dans les établissements (entretien des installations techniques - respect des règles de prévention incendie pendant l'exploitation - comportement à risque... )

- de gestion d'un départ de feu (connaissance des moyens de secours - procédure de gestion d'alarme incendie et consignes d'évacuation)

- d'amélioration du niveau de sécurité dans les établissements existant (mise en sécurité batimentaire - mise en conformité des installations techniques ou des moyens de secours, traçabilité des actions préventives et curatives, formalisation de consignes et procédure, formation du personnel...)

A l'issue d'une analyse de risque, un avis collégial, favorable ou défavorable, est prononcé par la commission de sécurité et transmis à l'autorité de police compétente pour suite à donnée. 

 

En savoir plus...

Un peu d'histoire...

Véritablement née en 1941 avec le "Règlement de sécurité", la réglementation française contre le "risque d'incendie et de panique" s'est étoffée au fil des ans, souvent en réponse à l'émotion suscitée par des incendies meurtriers :

  • 1938 : Nouvelles galeries à Marseille (Bouches-du-Rhône) : 75 morts
  • 1947 : Cinéma de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) : 89 morts
  • 1970 : Discothèque de Saint-Laurent-du-Pont (Isère) : 146 morts
  • 1973 : Collège « Pailleron » à Paris : 21 morts
  • 1992 : Stade Furiani (Corse) : 18 morts et 1 300 blessés
  • 1993 : Clinique de Bruz à Rennes (Ille-et-Vilaine) : 18 morts
  • 1998 : Maison de retraite Emile Gérard à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) : 19 morts
  • 2004 : Centre équestre de Lescheraines (Savoie) : 8 morts
  • 2005 : Hôtel Paris-Opéra : 22 morts